menu
close
background
© Jean-Louis Fernandez

Théâtre

Coeur instamment dénudé


Lazare - Vita Nova

Lazare réinvente le mythe de Psyché, belle mortelle enlevée par Cupidon, dans un spectacle ébouriffant, qui tient autant du cartoon turbulent que du cabaret musical.

Tout commence par un enlèvement, celui de la belle Psyché, que Vénus jalouse et que Cupidon, son fils, enlève, épris au premier regard. Dans les nuages de l’Olympe, la jeune Psyché qui éclaire l’amour de sa lanterne doit affronter les Dieux, quitte à menacer l’ancien monde. Lazare réinvente ce personnage mythique avec toute la force de son théâtre baroque, et puise dans le mythe matière à une fable délirante sur les désirs, l’amour, les libertés ou le consentement. Rien ne résiste au vent de folie : les corps endiablés se tordent, Vénus poursuit Psyché en voiture décapotable, les synthés jouent une électro tapageuse en direct. Et la langue ! Luxuriante et imagée, elle vibre de mille feux poétiques sous les coups de sa bande de très jeunes comédiens ─ 25 ans en moyenne ─ jamais fatigués de chansons, d'acrobaties et de danse. Lazare a cette manière d’arpenter le théâtre dans tous ses possibles, d’en tirer tout le suc de la vie à un rythme effréné. Un conte vivifiant !


Dans la presse : 

"Un vrai patchwork, qui dans la mise en scène comme dans l’écriture préfère le spontané au calculé, le débridé au tenu. Sans aucun doute, avec Lazare, le théâtre respire davantage même s’il nous laisse à peine le temps de reprendre notre souffle."
La Terrasse - 22/1/2022 - Eric Demey


"Le metteur en scène Lazare revisite le mythe de Psyché dans Cœur instamment dénudé, créé au Théâtre National de Strasbourg avec une troupe endiablée qui porte haut sa poésie syncrétique. Un spectacle décapant.
Avis aux âmes sensibles : il faut avoir le cœur bien accroché pour assister au dernier spectacle de Lazare. L’artiste a inventé le concept de montagnes russes théâtrales. On en sort la tête à l’envers, hébété, hagard, désorienté… Et franchement réjoui"

SceneWeb - 23/2/2022 - Igor Hansen-Love