menu
close
background
© DR

Jazz

Concerto pour Sokou - Clément Janinet


Jazz lointain

Ce qui est vendu, sous le manteau très classe de ce quintet, c’est de l’organique, du boisé et du sensible. C’est aussi une réponse, claquant comme un point final : « Oui, il y a du violon en Afrique ». Celui qui est joué ici par Adama Sidibe, c’est le sokou. Petit en taille, grand en émotion, capable de tirer des larmes à un ours. Dernier projet mené par le violoniste Clément Janinet, Concerto pour Sokou danse sur son propre équilibre. Balance entre les musiques d’Afrique de l’Ouest et les litanies des répétitifs américains comme Steve Reich. Violons, cello et contrebasse pour les climats intimistes, Sax et clarinette pour les contrepoints et les contre-chants. Ce concert est aussi un concert de blues. Du blues revu à la française, pétri d’un instinct ancré dans la musique du Mali, dans les chants mandingues. Sokou joint la danse à la nostalgie empruntée à la culture peule. On danse, on pleure et on recommence. À l’envie.