close
background
© DR

Théâtre

Hanami, les amours perdues

Théâtre Pôle Nord

Le Japon hante cette histoire de cabane abandonnée, d’écrivain et de parents confrontés à l’enfant disparu. Une pièce délicate comme des cerisiers en fleurs.

Un homme pousse la porte d’une maison faite de bric et de broc. Il est écrivain, et fait naitre sous nos yeux une fiction et des personnages. Soit un père et une mère errants, dont l’enfant a disparu. L’absence, le Japon et les fantômes de passage habitent cette nouvelle création du Théâtre Pôle Nord. Sur un plateau tout en jeu d’ombres et clair-obscur, les espace-temps s’étirent, des vies et époques parallèles se juxtaposent. Le comédien et la comédienne, qui ont également écrit et mis en scène la pièce, y campent tous les personnages, convoquant aussi bien l’esprit des romans de Murakami, le rituel des cerisiers en fl eurs (l’hanami) ou les yōkai, ces créatures japonaises de l’entre-deux mondes. Et lorsqu’ils tentent de dialoguer avec les disparus, ils utilisent ces téléphones du vent, poétiques objets apparus après la catastrophe de Fukushima.


mentions

Coproductions Un festival à Villeréal - Lot-et-Garonne, L’empreinte - Scène nationale Brive-Tulle, La Gare Mondiale - Bergerac, OARA - Office artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, DRAC Nouvelle-Aquitaine. Avec le soutien en résidence de création de la vie brève - Théâtre de l’Aquarium.